MARYLIN RAMBO / Baleine à Mourir

Marylin Rambo

Pas de titre, pas de texte, pas de bio, pas de visuel, pas d’anecdote, pas de contexte, qu’il soit social, géographique, culturel ou historique.
Peu d’info donc, juste une date de concert griffonnée au bic, le 12 mai pour l’Assaut Moria, et une session instrumentale guitare basse batterie de post-rock pour graver 13 plages courtes et acérées, au son tranchant bien produit. Une tripotée de brûlots rock saturés et rouges comme une vierge effarouchée, quelques atmosphères métalliques un peu plus livides comme un bras de crucifié. La sacro-sainte électricité trône en plaquant ses effets, ses larsens et ses coups de jus distordus sur des mélodies jamais négligées, très basiques mais souvent efficaces.
On pense au format de Karma To Burn, qui s’était battu pour rester instrumental, on pense à cet irréductible village électrique français (Fordamage, Kourgame, Marvin and Co) délaissé par les grands média, qui tourne et se nourrit d’un public fidèle, et puis on arrête de penser aux autres dont après tout, on s’en fout. Est-on obligés de créer une nouvelle recette tous les jours ? La mousse au chocolat, c’est assez simple question accords et ingrédients et pourtant il est encore plus simple de la louper. On la connaît par cœur mais quand elle est réussie, les papilles sourient. Apparemment, les esgourdes et l’électricité, c’est pareil ! Mais je ne suis probablement pas objectif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s